Enquête FCVD – COVID 19

Introduction

Chères et Chers Collègues,

Le premier objectif de ce courrier en forme d’enquête est de vous témoigner la présence de la FCVD à vos côtés dans ce gigantesque bouleversement que connaît toute l’organisation sanitaire et par voie de conséquence notre profession.

Chacune et chacun affronte l’improbable événement selon sa personnalité, son mode d’exercice, ses responsabilités, sa situation familiale, son lieu géographique d’exercice pour ne citer que quelques-unes des variables concernées. Quelles qu’elles soient, nous sommes convaincus que pour vous, cette situation est douloureuse dans ses conséquences immédiates et inquiétante quant à ses conséquences pour l’avenir.

Le but de la FCVD est la gestion des risques et le propre de la gestion des risques est de s’attaquer aux domaines de l’évitable, de l’atténuation et de la résilience.

L’évitabilité de cette pandémie fera assurément l’objet au niveau international de débats qui, selon des arguments partagés entre preuves scientifiques et idéologies partisanes, conduiront à stigmatiser des responsables plus qu’à identifier du point de vue systémique ce qui l’a rendue possible.

L’atténuation, pour ce qui concerne notre pays, nous y sommes encore. Ce que l’on aurait dû, ce que l’on aurait pu, ce qu’il aurait fallu, etc… seront autant d’interrogations, pas toujours constructives malheureusement, qu’il conviendra de se poser dans les retours d’expérience qui devront s’organiser.

 

Chacune et chacun, à nos niveaux de responsabilité, nous aurons le devoir impératif d’y participer. L’atténuation pour notre spécialité est encore maintenant la capacité à organiser la prise en charge des patients, infectés ou non, selon les exigences de leur pathologie : urgences, complications aiguës et cancérologie notamment.

Plus proche de la résilience, la présente enquête aura également pour objectif de chercher dans cette crise une ou des opportunités favorables qui pourraient devenir stratégiques dans la perspective d’un « monde d’après » qui, au nom de nouveaux impératifs sanitaires, sociaux et économiques, ne serait plus en mesure de ressembler au monde d’avant. Le déconfinement qui s’annonce ne sera pas du off/on et pas davantage un retour à ce que nous avons connu. Tant du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif il faudra faire preuve de flexibilité et d’imagination dans un environnement incertain quant à son organisation, improbable quant à ses règles de fonctionnement et jugé menaçant, non sans raisons, par beaucoup.

« Il y a, pour chacun de nous et collectivement, une situation négative à traverser. Mais cela peut être l’occasion de faire surgir de nouveaux possibles ». F Jullien

L’enjeu est de concevoir aujourd’hui une approche de gestion des risques qui tienne compte de cette nouvelle réalité et des risques qui lui sont associés.

Ne soyons pas dans le déni. La crise et ses conséquences nous engagent dans un temps long. Soyons à l'écoute les uns des autres.

B. MILLAT
FCVD